J’en parle et puis j’oublie… Le risque incendie.

risque électrique

Cet hiver, je visitais une collectivité territoriale afin de réaliser un document unique (DUERp). 


Je questionne le DRH sur les évènements graves et majeurs qui ont marqué l’établissement ces dernières années. Lors de nos échanges, il évoque un départ de feu dans un bureau. C’était une veille de weekend, une bouilloire était restée allumée. Elle était branchée sur une rallonge électrique qui a surchauffé. 
Cet accident a provoqué d’importants dégâts (mise à feu des murs et plafond du bureau, dégradation due à la fumée et à la température radiante…). 
Résultat : un bureau à refaire en totalité, traumatisme des agents et remise en question de l’utilisation des bouilloires et cafetières dans les bureaux. 

Cependant… pas un mot sur la rallonge électrique !

Après cet échange, nous décidons de visiter les locaux. 
C’était en janvier, et il faisait froid. Nous trouvons donc des radiateurs d’appoint dans quelques bureaux ainsi que dans la « tisanerie » (salle de pause). 

J’interpelle le DRH sur leur présence en nombre. Plus particulièrement, je l’alerte sur le branchement du radiateur d’une puissance de 2 000 Watts, d’une bouilloire d’une puissance de 1 820 Watts et d’un micro-ondes d’une puissance de 1 200 watts. Il reste encore deux prises libres puisque la rallonge possède 5 prises pour une puissance maximale de 3 680 watts. Donc calcul rapide, 2 000 + 1 820 + 1 200 = 5 020 watts.
Bien sûr, il s’agit d’une rallonge domestique avec un câble souple.

La réponse est éloquente : « Oui mais on ne sert jamais de tout en même temps, on n’est pas bêtes non plus !!! ». Tout est dit !

Le risque électrique est un risque grave. Il doit être pris au sérieux. Evitez au maximum les rallonges électriques dans les locaux, les bureaux. Les équipements à forte puissance doivent être branchés directement dans les prises présentes dans les murs, raccordées à l’armoire électrique du bâtiment. Pensez enfin à réaliser vos vérifications périodiques, cela vous permettra d’identifier vos sources de risques.

Vous trouverez quelques informations intéressantes dans ce nouveau fascicule de l’INRS.

Des doutes, des questions, nous pouvons vous aider… Et si vous aussi vous êtes victime de fatigue, burn-out, contactez-nous